Banque: épargnants et entreprises formés à l’audit bancaire

Le lancement de cette campagne de formation a eu lieu le 26 mai dernier à Douala, au cours d’un point de presse organisé par la Mutuelle Inter Africaine des Consommateurs des biens et services.

0
325
epargnants et entreprises formés à l’audit bancaire
Ce que cache l’augmentation des taux de crédit à la Beac.

Former les épargnants et les entreprises à la pratique de l’audit bancaire. Tel est l’objectif que s’est fixé la Mutuelle Inter Africaine des Consommateurs des Biens et Services dont le président est l’auditeur bancaire, Pierre Numkam. A cet effet, une vaste campagne d’information et de formation a été lancée le 26 mai dernier à Douala, sous le thème : « le cadre amiable » institué par l’ordonnance n°003 du 27 avril 1990 du Président de la République pour la liquidation des banques en faillite au Cameroun : un socle incontournable pour l’émergence du système bancaire qui relance les économies à l’ère de la Covid-19 ». Destinée aux populations, cette formation se tient dans un contexte marqué par la pandémie du Covid-19. La Mutuelle a donc saisi cette opportunité pour mettre à la disposition du public un opuscule intitulé « le loup est dans la bergerie ! comment mettre fin à ces faillites bancaires organisées pour détruire nos entreprises, piller nos épargnes dans les banques et microfinances et briser nos vies ? ». Ce document entend démontrer que le système bancaire camerounais se trouvait déjà au bord de l’effrondrement bien avant la survenance de la crise du coronavirus. A cet effet, estime Pierre Numkam, il est plus que jamais urgent de mettre sur pied ce qu’il appelle « le cadre amiable », sorte de plateforme pouvant servir de cadre d’arrangement amiable des difficultés rencontrées dans le remboursement des crédits bancaires. Plusieurs objectifs sont ainsi assignés à cette plateforme : « redresser les banques et les microfinances actuellement en faillite et menacées d’une mise en liquidation qui peut intervenir à tout moment ; vaincre la crise de pénurie des devises qui frappe nos pays et évolue inexorablement vers une nouvelle dévaluation du franc CFA; restituer aux populations leurs dépôts (épargnes) bloqués dans les banques et les microfinances qui ont fermé leurs portes dans nos pays; ouvrir aux microfinances l’accès aux ressources monétaires afin que toutes nos populations puissent avoir accès aux crédits bancaires pour financer leurs besoins et sortir de la pauvreté ». L’opuscule « le loup est dans la bergerie » révèle par ailleurs que la mise en œuvre du « cadre amiable doit permettre de créer au moins 5000 emplois qualifiés. Cet arrangement amiable va ainsi permettre que survive les entreprises qui pourront alors rembourser leurs crédits, pour que soit redressée la banque et les dépôts des épargnants soient préservés. Selon Pierre Numkam, « le cadre amiable » institué depuis le 27 avril 1990 et qui n’a jamais été mis en place surgit comme étant la solution d’inspiration divine pour redresser le système bancaire et relancer l’économie. En effet, pour préserver l’épargnant contre les faillites bancaires, il met autour de la même table de travail l’épargnant-la banque et l’entreprise, aux fins de s’assurer que tout crédit qui a été accordé à l’entreprise a été fait dans des conditions qui lui permettront de se développer harmonieusement pour faire des bénéfices sur lesquels elle remboursera son crédit.

Par Junior Matock, Défis Actuels 484.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.