Alamine Ousmane Mey : « Nos partenaires doivent être plus de flexibles »

Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire explique le bien fondé des décaissements effectués par le Cameroun, en rapport avec les ressources issues des financements extérieurs.

0
1593
Alamine Ousmane Mey, Minepat

Monsieur le ministre, qu’est-ce qui explique l’organisation de cette conférence sur la programmation des décaissements sur les projets à financement extérieur ?

Il faudrait relever que c’est un exercice qui se fait pour la toute première fois, cet exercice vise à renforcer une démarche que le Cameroun a choisi de mettre en œuvre, c’est-à-dire, la planification, la programmation et la budgétisation. Le financement extérieur contribue immensément à la réalisation des projets d’investissement public, et l’utilisation de ces ressources induit une augmentation du taux d’endettement, mais aussi peut avoir un impact sur le solde budgétaire. Si ces deux variables doivent être maîtrisées, il est important que les décaissements puissent être également bien planifiés. Les partenaires techniques et financiers ont été invités à cet exercice pour permettre un partage d’informations à l’endroit de tous les acteurs. Deuxièmement après avoir partagé l’information, afin que le budget puisse s’exécuter sereinement en respectant les engagements pris auprès des partenaires internationaux, il est important que les décaissements puissent faire l’objet d’une programmation. J’ajoute que ces décaissements ont comme objectif de réaliser les projets qui ont été retenus par le gouvernement et que ces projets doivent être bénéfiques pour les populations.

Certains partenaires notamment le FMI, suggère au gouvernement doit revoir le rythme des décaissements…

L’idée n’est pas de freiner de manière indue les décaissements, mais de les gérés, de les régulés en totale concertation et transparence avec nos partenaires. Ceci permet donc d’assurer une meilleure efficacité de la dette, une meilleure utilisation des ressources mais aussi d’achever les projets qui sont initiés, dans les délais les plus raisonnables. Nos partenaires ont manifesté leur totale disponibilité à accompagner et soutenir l’Etat du Cameroun, en commençant à travailler sur les soldes engagés non décaissés. Ce sont précisément plus de 3000 milliards de francs CFA qui méritent d’être gérés convenablement, de telle sorte que les engagements juridiques antérieures fassent l’objet d’une utilisation financière et d’une réalisation physique. Nous avons identifiés des solutions qui ont été partagées avec nos partenaires.

Quelles sont ces solutions ?

Les solutions consistent à aligner nos programmes et projets au niveau de tous les partenaires. Identifier les projets qui feront l’objet d’un décaissement au courant de l’exercice ou pour la période 2019-2020, faire en sorte que l’utilisation de ces ressources ne perturbe pas le solde budgétaire primaire de notre économie. C’est l’engagement qui a été pris avec le Fonds Monétaire International et nous avons réitéré cet engagement, tout en évoquant la nécessaire flexibilité dans l’approche. La flexibilité voudrait dire que les plafonds qui sont fixés ne doivent pas être regardés comme des plafonds de verre, sont des plafonds qui sont des indicateurs mais qui peuvent faire l’objet d’un ajustement quand les arguments fondamentaux pertinents sont disponibles pour permettre au Cameroun de poursuivre la réalisation des projets structurants qu’il a commencé il y a quelques années. Toutefois, il y lieu de souligner que ce n’est que le début d’un exercice qui va durer des années, qui va nous accompagner permanemment, parce que la tryptique planification, programmation et budgétisation. C’est ce tryptique qui va nous conduire à l’amélioration des ressources propres à l’Etat, mais aussi celles mises à la disposition du Cameroun par les partenaires extérieurs. Telle est la volonté du gouvernement de garantir une meilleure gestion des finances publiques et de la dette publique.

Propos recueillis par Junior Matock 

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here