Agro-industrie: l’Etat veut doper la compétitivité des entreprises agroalimentaires

Le Bureau de Mise à Niveau (BMN) se propose à cet effet de former les structures exerçant dans le domaine, dans la comptabilité générale ou analytique, l’organisation et ressources humaines ainsi que sur les techniques de vente, etc.

0
290
L’Etat veut doper la compétitivité des entreprises agroalimentaires.

« Doper la compétitivité des entreprises agroalimentaires ». Dans l’optique de leur permettre de se conformer aux exigences des marchés. Voilà bien une idée qui obsède les responsables du Bureau de Mise à Niveau (BMN). Le directeur du BMN, Chantal Elombat Mbedey, vient de lancer un avis d’appel à manifestation pour la sélection de nouvelles entreprises de transformation industrielle et particulièrement celles de l’agroalimentaire devant apporter une assistance technique aux entreprises dans le cadre de leur mise à niveau. Notamment en ce qui concerne la mise en place de système de management ISO 9001 et 22000, comptabilité, finance, ressources humaines, techniques de vente, bonnes pratiques d’hygiène et de communication, communication, production, etc. Et pour justifier cette initiative, Chantal Elombat Mbedey explique que « dans un contexte de libéralisation accrue des échanges commerciaux, de montée des exigences normatives et de conformité des produits, et enfin de la concurrence internationale, la mise à niveau permet aux entreprises locales de renforcer leur compétitivité et de se conformer progressivement aux exigences des marchés ». Ce projet du BMN est l’une des composantes du Programme National de Mise à Niveau des Entreprises (Pnman), un instrument mis en œuvre en 2013. Et qui a comme sous-programme ce qu’il convient de nommer le Programme d’Industrialisation et Valorisation des Produits Agroalimentaires (Pivpa), financé par l’Agence Française de Développement (AFD). A travers un appui budgétaire sectoriel 2017- 2019 du 3ème Contrat de Désendettement et Développement (C2D) qui vise à renforcer la compétitivité du secteur privé. Selon l’appel à manifestation signé par Chantal Elombat Mbedey, les bureaux d’études qualifiés interviendront auprès des entreprises retenues pour leur apporter un appui sous forme d’assistance technique inspiré de l’approche de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (Onudi). Ceci consistera à la réalisation du diagnostic de l’ensemble des fonctions de l’entreprise : technique, finance et ressources humaines, marketing et positionnement concurrentiel, système de management le cas échéant, pour identifier les forces et faiblesses de l’entreprise. Il est également question d’élaborer un plan de mise à niveau comportant : les choix stratégiques arrêtés en concertation avec le chef d’entreprise, les investissements matériels et immatériels envisageables, le schéma de financement idoine, les impacts attendus : prévisions financières, meilleur positionnement sur les marchés, développement des exportations. Enfin, les prestataires devront coacher et accompagner des entreprises pour la mise en place des actions et recommandations arrêtées dans leurs plans respectifs de mise à niveau globale ou spécifique en appui au renforcement de leur compétitivité et positionnement sur les marchés.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here