Agro-industrie : Controverse autour du démantèlement de Neo industry

Joseph Dion Ngute, Neo industry, Emmanuel Neossi, Oncc, cacao, Performances : Neo Industry : 4 286 tonnes de fèves transformées en 2020 Pour la campagne cacaoyère qui s’achève, Neo Industry s’est positionnée comme le deuxième plus grand broyeur local.

0
543
Scb à l'origine des incompréhensions

60405 tonnes de fèves de cacao ont été broyées au Cameroun au cours de la campagne cacaoyère 2019-2020, clôturée le 15 juillet dernier. Dans ce volume, la part de Néo industry est de 4 286 tonnes, révélait en septembre dernier l’Office National du Cacao et du Café (Oncc). Pour sa deuxième campagne cacaoyère, la jeune industrie se positionne comme le deuxième plus grand broyeur local, derrière Sic Cacao, filiale locale du Suisse Barry Callebaut. L’entreprise créée depuis 1949 conserve sa place de leader dans la transformation première des fèves de cacao avec 53 691 tonnes, soit environ 75 % du volume global. Néo Industry coiffe cependant Chococam, qui n’a transformé que 1 553 tonnes de cacao sur la même période ainsi que l’Italien Ferrero en deuxième transformation avec 717 tonnes, alors que les petites unités artisanales ne comptent que 79,6 tonnes de fèves. Cette performance, certes notoire, est loin de représenter le réel potentiel de Néo Industry. S’il est vrai que la demande internationale en cacao a été faible cette année du fait notamment de la crise sanitaire engendrée par le Covid-19, Néo Industry peut nettement faire mieux.

Un atout au plan de relance de la filière cacao

Grâce à une technologie de pointe déployée au complexe agro industriel situé à Kekem ans la région de l’Ouest à la lisière avec le Littoral, l’industrie d’Emmanuel Néossi est capable de broyer 32 000 tonnes de fèves de cacao par an. Une production qui à elle seule peut booster le taux de broyage du pays. Selon l’Oncc, le taux de broyage local voisine les 25 %. Avec Néo Industry, elle pourrait atteindre les 32 % voire 40 %, relevait Emmanuel Néossi au cours de l’inauguration de Néo Industry en avril 2019. Dès son ouverture, l’entreprise prévoyait déjà une extension d’ici 2024. Elle devrait passer de 32 000 à 64 000 tonnes par an. Des ambitions qui rentrent en droite ligne du plan national de relance de la filière cacao adopté en 2014. Selon ce plan, le Cameroun devrait pouvoir transformer localement au moins 50% de sa production. Pour atteindre cet objectif, le plan mise notamment sur la multiplication des investissements de la tranche de Néo Industry.

Près de 3 000 emplois créés

Néo Industry revendique un personnel composé de 2000 employés indirects et 825 employés directs. Un mérite qui a valu à son promoteur une reconnaissance nationale. Emmanuel Néossi a été décoré grand officier de l’Ordre du mérite Camerounais à l’ouverture de l’industrie et a été cité en exemple par Joseph Dion Ngute. Pour le Premier ministre, au-delà de générer de la valeur ajoutée qui contribuera à accroître le Produit intérieur brut (PIB) national et à améliorer la balance des paiements, l’impact de ce projet permettra de faire émerger Kekem au rang des villes industrielles du Cameroun. De ce point de vue, Néo Industry constitue un réel exemple pour le secteur privé.

Par Canicha Djakba

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.