Faustin_Domkeu et ses pairs contournent le problème

Une seule résolution a sanctionné la « réunion quintripartite » convoquée ce jour par le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Il s’agit de la «mise sur pied d’un comité ad hoc chargé d’étudier dans les détails la question… ». Comité qui comprendra neuf personnes, présidées par Faustin Domkeu, président de New stars de Douala, avec comme rapporteur Daniel Bassega du Synafoc. Le Synafoc étant d’ailleurs fortement représenté. Avec par ailleurs comme membres Lucien Mettomo, vice-président du Syndicat et Jacques Marcel Itiga Itiga, son responsable de la communication. Albert Ayomba et Paul Mebizo représentent la Fécafoot, pendant que le Syndicat des clubs d’élite du Cameroun, non mentionné, se voit représenté au sein du groupe par Ndi Eugène Ndi et Kome Max, respectivement manager de Bang bullet et président de Dragon de Yaoundé. La Lfpc, elle, a pour ambassadeur benjamin Beyeck, son secrétaire général. Des parties prenantes, seule le Minsep ne sera pas de ce comité. Cette équipe devra rendre sa copie le 1er mars. Soit trois jours avant le délai imposé par la Fédération internationale de football association (Fifa) pour lui rendre le rapport des mesures prises pour rétablir les joueurs dans leurs droits.

Et pourtant, à en croire le communiqué final de cette réunion à laquelle prenaient part la Fécafoot dont le président conduisait lui-même les travaux, la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc) conduite par son président, le général Pierre Semengue et deux collaborateurs, le ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) représenté par deux hauts cadres, le Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc) et les représentants de neuf clubs d’élite, le sujet a largement été évoqué parmi les quatre points inscrits à l’ordre du jour. Les différentes parties ont revisité l’état des lieux, émis des propositions de gestion de la crise, avant d’aboutir à la résolution prise.

Tout est parti d’une enquête menée par le Synafoc et qui a révélé que 24 des 33 clubs engagés depuis la saison dernière en championnats professionnels du Cameroun, n’ont pas payés régulièrement ou du tout même, les salaires et primes des joueurs qu’ils ont engagés selon leurs clauses contractuelles. Après avoir saisi en vain la Fécafoot, Gérémi Njitap, le président du Synafoc, s’est rabattu sur la Confédération africaine de football (Caf), la Fifa et la Fédération internationale des footballeurs professionnels (Fifpro), pour exiger réparation.

 

A lire sur le même sujet:

La pression de la Fifa sur la Fécafoot

Voici venue l’occasion pour la Lfpc d’obtenir les comptes d’exploitation des fonds publics

Esclavage des joueurs: Gérémi Njitap donne un coup de pied dans la fourmilière

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here