Affaire Scsi : Yaoundé privilégie-t-il la cause humanitaire ?

Les volontaires arrêtés ont été libérés vendredi.

0
186

Après quelques jours de détention, les six volontaires de Survie Cameroon-survival initiative (Scsi) ont été libérés vendredi dernier par le procureur de la République. Et l’affaire classée. Il n’y aura pas de poursuites judiciaires contre ces jeunes volontaires qui s’étaient engagés à distribuer le nécessaires produit par Scsi pour lutter contre le Covid-19. Et qui ont été arrêtés au marché Mokolo la semaine dernière par la police. Entre temps, les volontaires présentés au procureur de la République, avaient été renvoyés à la police pour complément d’enquête. Puis plus rien.

La libération des volontaires survient après les auditions du Pr Alain Fogue, trésorier du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) et Christian Penda Ekoka, président du comité de gestion de Scsi à la Police judiciaire. Au sujet de la poursuite de l’activité de l’association Scsi que le ministre de l’Administration territoriale (Minat) dit illégale. Et depuis plus d’un mois, Paul Atanga Nji est en guerre ouverte contre le Mrc, initiateur de Scsi. Malgré les blocages sur leur chemin, les dirigeants du Mrc se disent déterminés à aller jusqu’au bout de leur engagement. Sur toutes leurs plateformes communicationnelles, les dirigeants du Mrc incitent les donateurs à continuer à faire acte de générosité. Le Covid-19 poursuivant ses ravages dans la société camerounaise.

Pendant ce temps, et en dehors de Yaoundé-Mokolo, les gestionnaires de Scsi continuent de distribuer les gels hydroalcooliques, de savons, de masques faciaux et de seaux-robinets à travers le territoire national. Et les demandes s’accumulent sur la table de Christian Penda Ekoka. Avec parmi, des dirigeants locaux du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Comme à Mbé par Ngaoundéré. Au motif de la misère ambiante des populations.

Cette situation a-t-elle touché le gouvernement au cœur ? Toujours est-il que la liberté accordée aux volontaires du Mrc de distribuer ces produits issus d’une collecte « illégale » de fonds et de biens semble trahir la faiblesse d’un gouvernement qui peine à juguler la propagation de la pandémie à Coronavirus au Cameroun. Après avoir imposé un confinement partiel aux populations, au bout d’un mois, le gouvernement a cédé face à la pression économique et sociale. Les entreprises suffoquant, le gouvernement a pris des décisions à orientation fiscale que le Gicam a saluées en en redemandant. Paul Biya a cédé et relâché dans la rigueur des mesures de confinement. Alors que le don spécial de deux milliards de Paul Biya aux 360 arrondissements de la République est tourné en dérision du fait de la petitesse du paquet qui arrive dans les arrondissements. Comme à Bahouan dans les Hauts-plateaux ou le don (un carton de savon, un sac de riz de 25kg et quelques cache-nez) a été boudé par les populations réunies sur la place des fêtes. Maurice Kamto et Penda Ekoka se voient un peu libérés de la pression gouvernementale en raison de cette situation de misère ambiante des populations. Même si Paul Atanga Nji n’a pas encore abandonné la guerre. Le Minat qui a récemment encore saisi les opérateurs de téléphonie mobile, Mtn et Orange, pour qu’ils bloquent les comptes de Scsi et gèlent les fonds contenus dans ces comptes.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here