Ce prêt de la banque européenne d’Investissement d’un montant de 7,4 milliards de francs CFA va servir à la prise en charge de la participation du Cameroun au capital de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA).

0
550
La BEI finance la contribution du Cameroun à l’ACA

La contribution du Cameroun au capital de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA) est désormais réglée. La signature du contrat de financement d’un montant de 11,370 millions d’euros, soit 7,4 milliards de francs CFA a été faite le 9 mars dernier entre le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey et le directeur de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour la région Afrique Centrale, Nikolaos Milianitis. A travers ce prêt accordé à l’Etat, la BEI vient régler la participation du Cameroun au capital de l’ACA, institution panafricaine qui propose des solutions de risques politiques aux sociétés, investisseurs et prêteurs intéressés à faire du commerce en Afrique. Ledit prêt permet ainsi au Cameroun de bénéficier des opportunités qu’offre cette institution en matière de promotion du commerce et des investissements, tout en favorisant une alternative de financement moins coûteux pour la mise en œuvre des projets de développement. Selon le Minepat, ce financement va contribuer à rehausser l’attractivité du pays auprès des investisseurs étrangers, élément indispensable au développement des secteurs prioritaires. De plus, a-t-il souligné, la signature de cet accord de prêt est un « pas décisif vers la mobilisation accrue des financements complémentaires nécessaires à la mise en œuvre du vaste programme d’investissements publics du Cameroun ». Bien plus, il vient se greffer aux « réformes profondes et ambitieuses mises en œuvre pour améliorer structurellement la compétitivité de l’économie nationale et celle des entreprises publiques et parapubliques ». Pour Alamine Ousmane Mey, le recours à la couverture par l’assurance va certainement « améliorer le profil du risque des emprunteurs publics et privés camerounais lors de la recherche des financements. Ainsi, l’investissement dans les capacités productives existantes ou nouvelles sera multiplié et l’offre en produits et services de qualité élargie ». A titre de rappel, ce n’est pas la première fois que la BEI traduit son soutien au Cameroun. L’on se souvient qu’elle avait participé au financement du projet de construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal-amont, à hauteur d’environ 49,2 milliards de francs CFA. Cette institution financière agit au Cameroun depuis 1965, à travers le financement de la Cotonnière Industrielle du Cameroun (Cicam). Cette structure a à ce jour bénéficié d’un montant de 26,6 milliards de francs CFA de la part de la BEI. Les secteurs tels que l’agriculture et le ferroviaire bénéficient également de l’attention de la BEI.

Par Junior Matock (DA 463)

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.