Arrivée des inspecteurs de la Caf chez Prime Potomac

La dernière mission d’inspection de la Confédération Africaine de Football (CAF) est en terre camerounaise depuis ce samedi 10 novembre 2018. Conduite par Anthony Baffoe, la délégation de sept personnes revisitera les infrastructures sportives de quatre sites : Yaoundé, Douala, Garoua et Bafoussam. Seul le site de Limbé ne verra pas les émissaires de la CAF, parce qu’étant prêt, avec son stade Omnisport et les différents stades d’entraînement de Buéa et Limbé, ainsi que les autres infrastructures et services requis. Les autres sites sont ceux qui connaissent encore des travaux sur le volet qui intéresse la CAF. Notamment le stade Roumde Adja à Garoua, le stade Paul Biya d’Olembe-Yaoundé, le stade omnisport de Douala-Japoma et les stades d’entraînement du site de Bafoussam, dispersés dans les villes de trois départements (Mbouda, Bafoussam et Foumbot).

Selon les informations des différents sites, l’heure est aux finitions sur la plupart des chantiers du volet qui intéresse la CAF pour cette dernière visite. En dehors du stade Roumde Adja de Garoua où le rythme semble ne pas être régulier. Cependant, Mota Engil, l’entreprise adjudicataire du marché de réfection de ce stade de compétition, a depuis longtemps promis que l’infrastructure sera prête fin décembre. Autant pour Olembe où Piccini procède aux finitions, en posant la toiture et les sièges. Le gazon affiche sa verdure un peu partout. Sur ce plan infrastructurel, « depuis la première visite d’inspection de la CAF, le Cameroun a fait d’importants efforts en vue de l’arrimage aux exigences de la CAF », soutient le patron du Cocan.

Le rapport de la 4ème et dernière mission de la CAF servira de base pour trancher sur le dossier Cameroun en instance depuis l’arrivée d’Ahmad Ahmad à la tête de la CAF. Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, le ministre des Sports et de l’Education physique, président du Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (Cocan), rassure : « Les conseils et recommandations de la CAF sont appliquées à la lettre afin de permettre à notre pays de remplir les exigences contenues dans le cahier de charges de la CAF ».

ACCORD-CADRE

Pour le reste, Bidoung Mkpatt a fait le point des chantiers. La carte hôtelière de chaque site demandée « a été transmise à la CAF ». Autant que « le plan de couverture sanitaire », accompagné de la présentation des plateaux techniques des hôpitaux de référence, « en cours de renforcement ». A propos des voies de communication et des infrastructures de télécommunications, « les différentes administrations compétentes, qui en sont les maîtres d’ouvrages, assurent le suivi quotidien en vue du respect des engagements pris par le Cameroun ». Un expert de la sécurité de grands événements sportifs a mis à jour le logiciel camerounais en la matière. Le volet événementiel n’est pas en reste. La promotion de la destination Cameroun est en cours avec l’accompagnement de Lagardère sports, l’agent marketing de la CAF.

Et pourtant, la CAF n’a pas encore signé l’Accord-cadre avec le Cameroun. Beaucoup mettent cela au compte des hésitations d’Ahmad Ahmad. Pour le Minsep, « la visite du président de la CAF est venue dissiper les déclarations erronées sur les capacités du Cameroun à accueillir la prochaine Can ». Le successeur d’Issa Hayatou, après avoir été reçu en audience par Paul Biya, a redit qu’«il n’y a pas de plan B pour la CAF ; la CAF n’a jamais réfléchi à un retrait de la CAN au Cameroun ». De quoi rassurer Yaoundé. Mais l’homme avait aussi promis de trancher après l’élection présidentielle camerounaise. De quoi garder l’épée sur la tête du Cameroun. En septembre, Anthony Baffoe avait déjà menacé à Garoua.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here