Budget 2018: L’Etat a dépensé 2000 milliards au premier semestre

Ceci traduit un resserrement des dépenses publiques au regard des prévisions qui étaient de 2 344,2 milliards à fin juin 2018.

0
130

L’un des engagements pris par le Cameroun dans le cadre du Programme Economique et Financier (PEF) signé avec le Fonds Monétaire International (FMI), consistait à réduire considérablement ses dépenses publiques. La note récemment produite par le Ministère des Finances (Minfi), portant sur l’exécution budgétaire au premier semestre 2018, montre que le pari a été tenu. La preuve. Alors que les prévisions en termes de dépenses budgétaires totales base ordonnancements étaient de 2 344,2 milliards de francs CFA à fin juin 2018 ; l’Etat n’a dépensé que 2000 milliards au cours des six premiers mois de l’année en cours. Ainsi, même si on note une augmentation de 72,5 milliards par rapport à l’année dernière, il n’en demeure pas moins que le gap entre les prévisions et le montant réel des dépenses budgétaires totales base ordonnancements effectuées est de 344,2 millions de francs CFA. En d’autres termes, l’Etat à moins dépensé qu’il n’avait prévu le faire au départ. A l’analyse de la note du Minfi, il ressort que cette tendance baissière se reflète sur les principaux segments qui structurent les dépenses budgétaires effectuées par l’Etat au cours de la période sous revue. Il s’agit : des dépenses courantes, d’investissement et le service de la dette publique.

Les dépenses courantes

D’après la note publiée par le Minfi, les dépenses courantes ont baissé de deux milliards de francs CFA au cours des 12 derniers mois pour se situer à 957 milliards de francs à fin juin 2018. En ce qui concerne par exemple les dépenses de personnel, elles ont augmenté de 8 % et s’établissent à 489,5 milliard de francs CFA à fin juin 2018. Les dépenses de biens et services quant à elles baissent de 20,8 milliards de francs CFA sur les 12 derniers mois et s’élèvent à 305,1 milliards de francs. Par ailleurs, les dépenses de transferts et pensions se chiffrent à 162,4 milliards au terme du premier semestre 2018, en régression de 17,5 milliards par rapport à la même période en 2017.

Les dépenses d’investissement

Celles effectuées par le gouvernement au cours des six premiers mois de l’année, s’élèvent à 741,9 milliards de francs CFA. Contre 803,1 milliards de francs un an plus tôt. Ceci traduit une baisse de 61,2 milliards entre les deux périodes. Toutefois, en tenant compte de la prévision semestrielle de 645,6 milliards, on note que ces dépenses sont en dépassement de 96,3 milliards, soit un taux d’exécution de 114,9 %.

Les dépenses d’investissement sur les ressources

En ce qui concerne cette catégorie de dépenses, il ressort du document du Minfi qu’elles s’élèvent à 345,6 milliards de francs CFA. En baisse de 154,2 milliards en rythme annuel. Dans la même perspective, on constate que les dépenses d’investissement sur financements extérieurs sont de 376,2 milliards à fin juin 2018. Tandis que les celles relatives aux dépenses de restructuration se chiffrent à 20,1 milliards de francs CFA au cours de la période sous revue. Quid du service de la dette ?

Le service de la dette

Au 30 juin 2018, le service de la dette publique s’établit à 301,1 milliards de francs CFA. Contre 165,5 milliards au premier semestre 2017, soit une hausse de 135,7 milliards en glissement annuel. Au niveau de la dette extérieure, elle est de 170,8 milliards à fin juin 2018 contre 88,9 milliards en juin 2017. On enregistre ainsi une augmentation de 81,9 milliards de francs CFA. En matière de paiements au titre de la dette intérieure, ils progressent de 53,8 milliards de francs CFA, passant de 76,5 milliards à fin juin 2017 à 130,2 milliards de francs CFA.

Par Junior Matock

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here